Test

image à gauche

Et rien qui ne sort des bouches
Guillaume Brandebourg

Roman

De retour dans sa ville natale, le narrateur se retrouve avec son père et revoit l'usine, partout l'usine, et tout autour d'elle la peur des avenirs d'enfant et la culpabilité, la culpabilité d'un corps aimé qui est tombé, des corps esquintés qui l'entourent, mécaniques, les corps muets, la culpabilité aussi de ne pas avoir trouvé les mots, les mots qu'il fallait dire ou ne pas dire, et la colère de ne pas les entendre. Le frère du narrateur, son père, sont "machine", plante ; lui a fui, il ne sait plus ce qu'il est parmi eux, alors il reste silence.
C'est par le langage écrit, et non oral, que leur humanité peut leur être rendue. Originaire d'une petite ville de Lorraine toute entière vouée à la fonte, Guillaume Brandebourg a connu les bruits et les odeurs, ceux qui quittent l'école pour l'usine et les poussières métalliques dans l'oeil. Dans une langue poétique, sur des terres industrielles dévastées, des hommes aux allures de machines redéfinissent les contours du monde ouvrier.

La figure emblématique de l'ouvrier devient ici matière, masse abimée, broyée puis ignorée. Guillaume Brandebourg à 31 ans et vit à Berlin. Et rien qui ne sort des bouches est son premier roman.

ISBN : 978-2918527367 / Prix: 12 euros / 118 pages pages / Parution octobre 2016

Commande