Test

image à gauche

Souvenirs personnels sur Karl Marx
Paul Lafargue


Adhérent de la première heure à l'Association Internationale des Travailleurs, socialiste convaincu, militant notoire, c'est tout naturellement que Paul Lafargue rencontre Karl Marx, en 1865, à Londres.
Envoyé par la section parisienne de l'A.I.T, Lafargue présente un rapport sur le mouvement ouvrier français au Conseil général provisoire de l'Association. Ce dernier, doté d'une lettre de recommandation, profite de son séjour londonien pour rendre visite à l'illustre penseur socialiste.
Lafargue a 24 ans, cette entrevue bouleversera l'ensemble de sa vie. C'est d'abord le personnage lui-même, Marx, sa pensée, son érudition et sa puissance de travail; puis son intimité avec lui, quand Lafargue devenant le gendre de l'auteur du Capital, entre dans le clan Marx, en 1868.
Les Souvenirs de Lafargue sont empreints d'une certaine déférence à l'égard du savant que fut Karl Heinrich Marx, une estime suggérant une profonde admiration. Bien qu'écrit en 1890, soit sept ans après la mort de Marx et vingt-cinq ans après leur première rencontre, le texte semble avoir été rédigé dans les premiers mois de leur relation, tant la fougue et l'enthousiasme sont présents d'un bout à l'autre des Souvenirs.

Après 1865, les entrevues se succèdent et s'intensifient, différents concours de circonstances placent les deux hommes sur une voie commune. Suite à des faits qualifiés de profanation du drapeau national et attaque du principe de l'ordre social, Paul Lafargue est expulsé de l'Université de Paris. La condamnation étant assortie d'une interdiction d'inscription de deux ans dans toute université fran?aise, le jeune étudiant en médecine s'inscrit au Saint Barthomew's Hospital, à Londres. La proximité faisant, le jeune et impétueux socialiste accèdera à l'érudition, à la demeure et au foyer du premier des socialistes.
Bénéficiant de la protection de Marx, Paul Lafargue entre en 1866 au Conseil général de l'Internationale. L'aura du théoricien révolutionnaire allemand contribuera à l'essor du jeune homme natif de Cuba en 1842, fondateur du Parti Ouvrier et auteur du magnifique Droit à la paresse. Le présent ouvrage offre une photographie parfaite de la famille Marx, le clan apparaît tel qu'il existât au moment de la rencontre des deux protagonistes. Ainsi, Edgar, Henry Edward Guy et Jenny Eveline Frances Marx ne sont pas mentionnés, parce que décédés avant le début des années 1860. En revanche, une place est accordée aux trois filles Marx. Eléonor, Jenny et Laura sont identifiées par leur nom d'épouse. Ainsi, Madame Aveling, Madame Longuet et Madame Lafargue elle-même, évoluent au deuxième chapitre des Souvenirs, sous le regard bienveillant de Madame Marx mère, et d'un Karl décrit tel un père doux, tendre et indulgent.
Madame Laura Lafargue ne bénéficie ici d'aucun traitement particulier, quelques phrases lui sont destinées, au même titre que ces soeurs. Il conviendrait de s'intéresser à la correspondance entre Marx et Engels, en 1866, pour mieux appréhender la genèse de leur relation.


ISBN : 978-2918527367 / Prix: X euros / 118 pages pages

Commande